Se soigner autrement, reportage et débat sur France 5

Il est assez rare qu’une chaîne de télévision sorte un reportage traitant des pratiques et médecines alternatives sans les tourner en dérision ou tirer dessus à boulet rouge.
J’ai apprécié celui-ci, ainsi que le débat qui s’en est suivi, car il offre un discours plutôt apaisé et les 2 ‘camps’ (Médecines conventionnelle et alternative) qui sont parfois extrêmement opposés discutent enfin, d’accord sur le fait que ces approches se complètent, pour le plus grand bien du patient.
Il est de plus très didactique et explique simplement les différentes disciplines, ainsi que les ponts qui existent entre elles (Qi et Prana, similarités entre médecines chinoise et ayurveda).

Les 4 citations que je retiendrai de ce documentaire et de l’échange :

« Le but c’est de retrouver la fluidité de quand on était gamin« . Un professeur de Qi gong en hôpital.

« Arrêter de mettre en conflit médecine conventionnelle et médecines alternatives, et plutôt travailler l’alliance des 2« . Une cancérologue

« La meilleur définition de la santé est celle de l’OMS en 1948, c’est la santé du corps, la santé de l’esprit, et la santé de la relation« . Professeur Joyeux.

« On sait ce qu’est un organe malade, mais il faudrait qu’on apprenne à la fac ce qu’est un sujet malade« . Un médecin, lors du débat qui a suivi le documentaire.

Ce reportage est disponible gratuitement en Replay pendant 7 jours sur le site de France 5, prochaine re diffusion le 12 juin.

se-soigner-autrement

Et vous, qu’utilisez-vous pour vous soigner autrement ?
Dites moi ce que vous en pensez, vos commentaires sont les bienvenus !

Sans gluten : un peu de tolérance envers les intolérants !

champ-de-ble

Cela fait 4 mois que j’ai supprimé le gluten de mon alimentation suite à des examens et analyses sérologiques, après une année chargée en allergies de tout type, vraisemblablement dues à des intolérances alimentaires. Le résultat est assez impressionnant.
Du point de vue de l’Afdiag, de la médecine conventionnelle, des gastro entérologues français, de la presse et des médias, je suis identifié comme … rien du tout.
En effet, en France, soit on est coeliaque ou allergique, soit on est « rien ».

Nos amis anglo-saxons et notamment américains, qui sont bien plus en avance que les français sur le sujet, reconnaissent davantage les différents niveaux de réaction au gluten.
On parle en effet aux USA de sensibilité, hypersensibilité au gluten, et depuis quelques années de NCGS (Non Celiac Gluten Sensitivity).
Les dernières études sur le sujet démontrent que les symptômes peuvent être exactement similaire, à la différence que la maladie coeliaque est une maladie auto-immune, qui détruit progressivement les villosités de l’intestin.

« L’intolérance au gluten est une maladie où les personnes présentent des symptômes liés au contact avec le gluten, qui ne se distinguent peut-être pas de la maladie coeliaque, mais ne causent pas de lésions de l’intestin » Docteur Daniel Leffler.

La question de la perméabilité intestinale semblait longtemps réservée à la maladie coeliaque (étude de 2011) mais les dernières recherches prouvent que les 2 pathologies sont concernées pas la perméabilité et que le gluten rend l’intestin perméable chez tout le monde.

Pour mieux comprendre

– Le gluten, c’est quoi ?

Gluten _AboutLe gluten est un composé protéique issu du lavage à l’eau d’une farine de céréales telle que le blé. Il est composé de plusieurs protéines dont les principales sont la gliadine et la gluténine.
Pour des raisons de rendement, la teneur en gluten des céréales actuelles (surtout le blé) a fortement augmenté à force de croisement et sélections lors des 50 dernières années.
Excellent liant, le gluten est désormais présent dans la plupart des préparations industrielles (gâteaux, biscuits, chocolat) et parfois là où on ne l’attend pas (charcuterie, médicaments, boissons, infusions, lait infantile).
Vous le trouverez parfois sur les étiquettes sous les appellations : dextrose, amidon, malt, épaississant, etc.

La sensibilité, hypersensibilité ou Intolérance (non coeliaque)

Si vous observez depuis longtemps des symptômes gastro-intestinaux tels que ballonnements, constipation, gêne abdominale mais aussi des manifestations neurologiques, migraines, fatigue chronique, anxiété, dépression, sans en trouver la cause et après avoir écarté d’autres pathologies, il est envisageable de se pencher sur la question du gluten. En cas du suspicion, il va falloir passer par des analyses.
Ne comptez pas sur votre généraliste, à moins qu’il ait déjà été confronté à ce cas, pour détecter la pathologie, orientez-vous plutôt vers un homéopathe ou naturopathe.

Quand les examens sanguins n’ont pas révélé d’anticorps anti-transglutaminase IgA, la maladie coeliaque est écartée. Les résultats peuvent montrer une présence d’anti-corps anti gliadine (mon cas), qui confirme une sensibilité.

La maladie coeliaque

Il s’agit d’une maladie auto immune, causée par l’ingestion de gluten. Elle provoque une forte atrophie des villosités de l’intestin, et une inflammation, entraînant de nombreux troubles et douleurs gastro-intestinaux, une malabsorption des nutriments, vitamines et minéraux.
Des tests sanguins servent à la détecter via l’analyse du taux d’anticorps IgA dirigés contre la transglutaminase. Si le test est positif il est complété d’un examen endoscopique pour confirmer le diagnostic.
Le diagnostic est parfois long à établir (en moyenne 9 ans aux USA, 12 ans au Canada) car la pathologie est peu connue.

L’allergie au gluten

Dès l’ingestion de gluten, la personne manifeste de suite des symptômes tels qu’un oedème de Quincke, éruptions cutanées, qui surviennent souvent pendant un effort physique.

Mode (et mythes)

sans-gluPas une semaine ne passe sans lire ici et là des magazines ou blogs qui vantent les mérites du « régime sans gluten », sous des prétextes de santé, beauté et minceur.
Les stars s’y mettent, l’industrie suit, et puis de plus en plus de monde s’y colle, tout comme on se mettait il y’a quelques année au régime DU*** ou au régime pamplemousse, avec tous les risques qu’entraîne l’éviction d’un aliment ..
Au passage, les détracteurs mettent dans le même panier les personnes diagnostiquées ou coeliaques ou  intolérantes, et ces dernières passent pour snobs ou orthorexiques.
Le phénomène génère aussi quelques fantasmes, au Royaume-unis, 20% de la population pense être coeliaques alors que la proportion de personnes atteintes est de 1 à 2% comme en France.

En conclusion

Pourquoi je parle de tolérance dans le titre ? Parce que je pense qu’il faut respecter les personnes qui ont fait des choix concernant leur alimentation. Le choix leur a parfois été imposé. Personnellement j’adore manger une tranche de pain, une pizza ou boire une bonne bière de temps en temps (surtout si elle est brassée par mon frère 🙂 ) mais je sais qu’en cas d’écart, les jours qui suivent vont être terribles.
Et quand bien même une personne souhaiterait prendre telle ou telle direction alimentaire, qui n’engage qu’elle, par conviction, éthique ou toute raison qui lui permette d’être en phase avec elle même, dans la mesure où le choix est mûri,  je trouve sage de le respecter.
Ce que je retiens de ces changements ? Surtout des points positifs, cela m’a amené à encore plus cuisiner moi-même, découvrir de nouveaux aliments, à lire dans le détail les étiquettes des produits, à privilégier les aliments non transformés, bios quand cela vaut le coup, sinon de proximité, et à mieux me connaitre.
Et non, cela ne nuit pas à la sociabilité, à aucun moment cela ne m’a empêché de sortir au restaurant, de me faire inviter ou de recevoir.
Désormais c’est devenu un réflexe de demander aux convives s’il y’a des choses qu’ils ne mangent pas. Sans faire de chichi ni de menu exclusif.

Bon appétit ! Vos commentaires et réactions sont les bienvenus. !

Guillaume

Sources :
www.celiac.com/
www.passeportsante.net
www.afdiag.fr
www.homeophyto.com
www.entrepatients.net
www.huffingtonpost.fr/sz-berg/maladie-coeliaque-gluten_b_1889187.html
www.thierrysouccar.com/
www.perten.com/fr/Produits/Glutomatic/A-propos-du-gluten/
www.celiaccentral.org/non-celiac-gluten-sensitivity/introduction-and-definitions/

Cultiver la pleine conscience pour vous aider à dormir

Cela fait des années que j’entends des élèves me dire qu’ils dorment beaucoup mieux le soir de leur cours de Yoga (lire : 4 postures de yoga pour mieux dormir), et je suis tombé sur cet article que je trouve très intéressant.
A vous de trouver la technique qui vous convient !
Texte traduit de l’anglais par l’agenceT4Trad

Titre original : Cultivating Mindfulness to Help Sleep

Parler de l’état de pleine conscience – et sa capacité à améliorer la santé et le bien-être -semble être monnaie courante de nos jours. De la réduction du stress, à la pratique du sport en passant par l’alimentation et la gestion du poids, les pratiques de pleine conscience sont de plus en plus reconnues pour leurs bienfaits thérapeutiques.
Un autre avantage de la pleine conscience? La pratiquer peut aussi améliorer le sommeil.

PrioTime

Commençons tout d’abord par définir ce qu’est la pleine conscience. Il s’agit d’une pratique qui consiste à concentrer son attention et sa conscience sur le moment présent. Dans un état de pleine conscience, nous nous autorisons à être conscient de chaque pensée, sentiment, expérience physique qui se passent, ainsi qu’à avoir conscience de l’environnement qui nous entoure. Cette prise de conscience d’instant en instant est accompagnée d’une assertion de non-jugement de toutes les pensées et de tous les sentiments. Lorsque nous pratiquons la pleine conscience, nous acceptons toutes les pensées et les sentiments comme ils vont et viennent, sans les juger ni les critiquer et sans même nous juger ou nous critiquer de les avoir eus. Dans un état de pleine conscience, avec notre attention portée sur le moment présent, nous ne regardons ni devant ni derrière nous. Nous n’anticipons pas ce qu’il va se produire dans le futur et nous ne revivons pas le passé.

Les origines de la pleine conscience remontent à des milliers d’années dans la philosophie orientale et la pratique religieuse. La méditation de pleine conscience est un élément de base du bouddhisme. Au cours des dernières décennies, de nombreuses idées et pratiques de traditions orientales ont été introduites et acceptées dans la culture occidentale. Le yoga est une de ces pratiques. La pleine conscience en est une autre.

La pleine conscience comme thérapie pour la santé physique et mentale a été de plus en plus utilisée par les cliniciens et étudiée par les scientifiques. Un important corpus de recherche montre que la pleine conscience peut avoir des bienfaits importants sur la santé mentale et physique, ainsi que sur le fonctionnement quotidien et la performance. Des études ont démontré que la pleine conscience peut améliorer la fonction du système immunitaire, peut réduire le stress, et peut être efficace dans le traitement de la dépression – peut-être même aussi efficace que les anti-dépresseurs. La pleine conscience a montré qu’elle pouvait aider à stimuler la perte de poids, et peut augmenter la probabilité de suivre un programme sportif régulier.

La pleine conscience s’est également montrée efficace pour aider à améliorer le sommeil, y compris pour aider à réduire les symptômes de l’insomnie et autres troubles du sommeil, ainsi qu’à réduire la fatigue quotidienne. La pleine conscience, d’après les recherches, peut aussi aider à soulager l’un des obstacles principaux au sommeil: les soucis.

Quiconque a connu la frustration de l’insomnie – ou même de façon occasionnelle, la difficulté à s’endormir – sait qu’il peut s’avérer extrêmement difficile de s’endormir lorsqu’on est inquiet. Les inquiétudes peuvent interférer avec votre capacité à s’endormir et aussi à rester endormi, vous conduisant à vous réveiller souvent pendant la nuit ou à vous réveiller très tôt le matin. Ce sont également des symptômes cachés de l’insomnie. Les difficultés à dormir peuvent également apporter des soucis qui concernent le sommeil lui-même.
En complément des angoisses de la vie quotidienne s’ajoutent les soucis liés au sommeil, comme par exemple, combien de temps va-t-il me falloir pour m’endormir? Combien d’heures de sommeil vais-je – ou ne vais-je pas – avoir cette nuit? Comment vais-je me sentir demain? La thérapie de pleine conscience s’est montrée efficace dans l’amélioration des problèmes de sommeil qui se produisent en raison de l’anxiété.

La thérapie de pleine conscience pour améliorer le sommeil et soulager les symptômes de l’insomnie ou d’autres troubles du sommeil peuvent impliquer un certain nombre de techniques différentes, y compris la méditation, des mouvements et des exercices de respiration, la restriction de sommeil et la privation sensorielle. D’une manière générale, utiliser la pleine conscience pour améliorer le sommeil implique le développement de la conscience mentale et physique de l’instant, qui à son tour peut aider à ajuster les comportements et les réactions émotionnelles de manière à rendre le sommeil plus facile et plus reposant.

goodtherapyorgUne nouvelle étude met en lumière certains des avantages que peuvent avoir la pleine conscience sur le sommeil, à la fois dans l’amélioration de la qualité du sommeil et dans la réduction de certains effets négatifs de mauvais sommeil. Les scientifiques de l’USC et UCLA ont étudié l’efficacité de la thérapie de la pleine conscience pour traiter les troubles du sommeil chez les personnes âgées. Avec l’âge viennent souvent une diminution des capacités auditives et davantage de troubles du sommeil. Les personnes âgées sont plus susceptibles de souffrir d’insomnie et d’autres troubles du sommeil, ainsi que de la fatigue quotidienne et de l’épuisement qui accompagnent souvent les problèmes de sommeil.

L’étude a inclus 49 hommes et femmes de plus de 55 ans. L’âge moyen du groupe était un peu supérieur à 66 ans. Tous les participants éprouvaient des niveaux modérés de troubles du sommeil. Les chercheurs ont divisé les participants au hasard en deux groupes. Chaque groupe a passé six semaines à recevoir le traitement et les conseils visant à améliorer leurs problèmes de sommeil. Un groupe a suivi un cours hebdomadaire de pratiques de sensibilisation à la pleine conscience, incluant de la méditation, des mouvements, et d’autres pratiques quotidiennes de pleine conscience. L’autre groupe a assisté à un cours hebdomadaire d’enseignement de l’hygiène du sommeil, incluant des informations sur les problèmes de sommeil ainsi que des techniques de réduction du stress et de relaxation.

Au bout de six semaines, les chercheurs ont réévalué la qualité du sommeil de tous les participants. Le groupe sensibilisé à la pleine conscience a montré une amélioration significative par rapport au groupe sensibilisé à l’hygiène du sommeil ; leurs résultats de qualité de sommeil ont pratiquement doublé, en moyenne. Les personnes qui ont reçu les conseils sur la pleine conscience ont également remarqué de grandes améliorations de leurs symptômes d’insomnie, ainsi que des symptômes de la dépression et des niveaux de fatigue durant la journée.

Ce n’était qu’une petite étude, mais elle est en phase avec d’autres recherches qui prouvent l’efficacité de la pleine conscience – soit seule, soit en complément d’autres traitements, incluant la thérapie cognitivo-comportementale – dans le traitement de l’insomnie et autres troubles du sommeil. Comme forme de thérapie du sommeil, il y a beaucoup de choses à retenir de cette pratique. Les pratiques de pleine conscience sont généralement faciles à apprendre, et peuvent être pratiquées à un coût relativement faible. La pleine conscience adopte une approche douce et naturelle de la gestion et l’amélioration du sommeil, ce qui la rend possible pour la plupart des gens, quel que soit leur âge ou leur condition physique. Et comme l’indique la recherche, pratiquer la pleine conscience est bénéfique pour la santé dans son intégralité. Une personne en meilleure santé est susceptible de mieux dormir, et mieux dormir vous aidera à être en meilleure santé.
Explorer la pratique de pleine conscience ne nécessite aucune appartenance religieuse ni aucune conviction philosophique. C’est une méthode douce, simple et pratique de prêter attention à ce qui nous entoure- une méthode qui peut offrir des avantages certains pour nos vies éveillées le jour et endormies la nuit.

Faites de beaux rêves,

Michael J. Breus, Ph.D.
The Sleep Doctor
www.thesleepdoctor.com

Texte traduit de l’anglais par T4Trad

>> voir plus d’articles sur la pleine conscience

Crédit photo : www.priotime.com / www.goodtherapy.org

Préparer sa prise de parole en public avec le Yoga

prise-parole

La prise de parole, que ce soit dans la sphère privée ou en milieu professionnel, est souvent un challenge pour la majorité d’entre nous.

Je vous propose cette semaine une petite séance de yoga (5-10min) à faire en préparation d’une prise de parole en public.
Nous n’aborderons pas ici la technique de la prise de parole mais plutôt la mise en condition, l’ancrage et la gestion des émotions au travers de 4 postures simples, la montagne (Tadasana), la chaise (Ardha-Utkatasana), l’étirement postérieur debout (Uttanasana), le guerrier (Virabhadrasana), ainsi qu’un pranayama (Nadi Shodana) et un exercice de mudras (Ganesha Mudra).

Vous pouvez en Visionner ici la vidéo (réalisée en collaboration avec Arnaud Le Louette, coach chez A2L Conseil à Lille) et télécharger la Fiche Pratique pour pouvoir l’emmener partout avec vous.

Nota : pour des raisons de pédagogie et de style éditorial la séance de yoga a été entre coupée d’explications ; il bien sûr conseillé de pratiquer les enchaînements ainsi que l’exercice respiratoire les uns après les autres, concentré(e) et dans le calme. Prenez un petit temps d’observation entre chaque posture/enchaînement.

Bonne pratique, et si vous avez une prise de parole en vue, faites moi part de votre expérience et de vos questions !

Guillaume

Crédit photo : Huffington Post

Excuse n°3 : je n’ai pas le temps de faire du yoga

Cet article fait suite aux excuses 1 : Je ne suis pas assez souple et 2 : Le yoga c’est pour les filles.

time-for-yoga

J’entends ou lis souvent cette excuse :
J’aimerais vraiment essayer le yoga, mais je n’ai pas le temps..

Nous allons voir qu’il s’agit bien souvent d’un problème de motivation, de gestion des priorités plutôt qu’un réel manque de temps.

Nota : on peut bien sur remplacer ‘yoga’ dans le titre ci dessus par tout type d’activité 😉

Arrêtez de réfléchir ou de vous plaindre, agissez !

Il est toujours possible de repousser à plus tard la décision de prendre du temps pour soi, d’espèrer des jours meilleurs ou la retraite pour s’y mettre. Souvent cela ne va jamais se faire à force de repousser.
Là tout de suite, sans réfléchir, où que vous soyez, bougez un peu, prenez quelques respirations, fermez les yeux, redressez-vous.
Agréable non ? Et si vous décidiez de renouveler ça plus régulièrement ?

Travailler votre gestion du temps / rapport au temps

Investissez dans quelques bons ouvrages pour apprendre à identifier les domaines (travail, relationnel, hygiène de vie) qui vous ressourcent, et à l’inverse ceux qui vous pompent toute votre énergie et réajustez vos priorités.
Je conseille l’ouvrage La semaine de 4 heures : Travaillez moins, gagnez plus et vivez mieux ! (lien affilié) . Ce livre est loin d’être parfait et l’éthique de l’auteur parfois douteuse, mais c’est une excellente synthèse de toutes les techniques d’optimisation et priorisation du temps.

Identifiez vos ‘mange-temps’

yoga-clockPrenez 10 minutes pour lister par tranche de 30 minutes ce que vous faites sur une semaine, et notez par des + et – ce que vous apportent ces activités/tâches.
Exemple :
Facebook : 4h/sem – –
Balade au parc : 1h/sem +
Journal télévisé : 5h/sem – –
Dîner avec ma meilleur amie : 1h/sem ++

Donnez de plus en plus de place et d’importance aux activités qui vous ressourcent, réduisez progressivement les autres.

Travaillez moins (mais mieux)

Si à la lecture de ce point vous avez spontanément envie de me dire :
– oui, mais c’est facile à dire, j’ai un poste important
– je dois être là pour mes équipes
– je dois montrer que je suis au bureau
– J’ai mes facture à payer pour mes voitures, ma maison et mon appartement
– etc etc ..

Je connais ces excuses, pour les avoir sorties moi-même pendant des années. Il est peut être temps pour vous de vous poser les vraies questions qui chatouillent sur votre rapport au travail. Je vous conseille de le faire 3 ou 4 fois par an.
C’est quand même vous qui l’avez choisi ce job non ? Ah non, pas vraiment ?
Pour vous aider dans votre réflexion, un bon article de mon amie Lyvia, Une société qui marche sur la tête.

Négociez une demi-journée de télé-travail avec votre boss. Vous verrez rapidement qu’au calme chez vous vous allez abattre une demi journée de travail en 2, puis 1heure. Profitez du temps libéré pour prendre soin de vous.
Vous êtes manager ? Montrez l’exemple, disparaissez une demi journée par semaine, tout le monde sera content.

Devenez autonome dans votre pratique

Suivez un cours collectif ou particulier de yoga pendant un trimestre ou une année afin d’apprendre les bases puis commencez à pratiquer par vous même. Achetez quelques bons livres ou DVD (faites vous conseiller par votre professeur).
Reprenez de temps en temps quelques cours pour vous perfectionner, vous faire ajuster, apprendre de nouvelles choses, de façon régulière ou pourquoi pas sous forme de mini-stages.

Instaurez un petit temps pour vous, connus de tous.

Mettez en place une routine (dans le sens anglo-saxon du terme).
Instaurez un petit moment quotidien si possible au même moment où vous savez que vous avez 5, 10 ou 30 minutes rien que pour vous, au calme pour vous ressourcer. Essayer de trouver le meilleur créneau dans votre semaine/journée pour vous y tenir dans la durée.
Faites connaître et respecter ce temps pour vous par votre entourage !
Si cela consiste à quitter plus tôt le travail une fois par semaine, prévenez vos collègues. Ne dérogez pas ,faites comprendre que c’est important pour vous.
Le présentéisme a encore la dent dure en France ! Ca râle et ça jase ? Et alors ! Vous verrez qu’après quelques semaines ce sera assimilé de tous, et vous serez certainement copié au vu de ce que cela vous apporte.

Pratiquez VOTRE yoga !

La définition traditionnelle du yoga, c’est l’arrêt des perturbations du mental. C’est donc toute pratique de pleine conscience ou activité qui vous amène à être dans l’instant présent, en lien avec vous-même.
Le yoga ce n’est donc pas juste des postures sur un tapis, cela peut être 10 minutes de jardinage, jouer avec un enfant, cuisiner un bon plat, marcher en pleine conscience .. !

Cela peut aussi être un exercice de pranayama (technique de respiration) à pratiquer au lit avant de se lever ou pendant vos 30 minutes de RER le soir.
Si vous le faites, faites le vraiment, sans portable dans une main, pas avec la TV qui tourne, une chose à la fois, soyez vraiment là !

Cet article vous parle ? Vous voulez partager et faire bénéficier les lecteurs de votre expérience ? A votre clavier, à vous de jouer dans le cadre ci-dessous !

Au plaisir de vous lire

Guillaume

L’état de concentration totale peut être une belle chose !

Déjà convaincu par la théorie du « Flow« , je suis tombé sur cet article du blog Moodnudges qui m’a parlé à un point que j’ai trouvé bon de le faire traduire (merci Céline, de l’agence T4trad), pour le rendre accessible à tous.

L’état de concentration totale peut être une belle chose
Article original: moodnudges.com/utter-focus/

mood-nudges

Vous avez 7 ans. Vous êtes allongé sur le sol, le visage collé au tapis, entouré par des centaines de pièces colorées de Lego. Et juste en face de vous, sur sa base alvéolée verte, la structure la plus incroyable – construite entièrement par vous.

Petit à petit, pièce par pièce, vous avez créé ce mini chef-d’œuvre, et vous êtes totalement, complètement absorbé par lui.
Tant et si bien que lorsqu’on vous appelle pour venir à table, vous ne l’entendez pas, tout simplement. Vous fermez la porte à tout ce qui vous entoure. Vous êtes vraiment « à l’intérieur » de votre château, maison ou fusée.

Puis, comme si vous émergiez du brouillard, vous prenez lentement conscience que votre mère vous appelle. Elle semble impatiente parce que, sans vous en rendre compte, elle a vous a déjà appelé trois fois. Mais vous ne l’avez tout simplement pas entendu, tellement vous étiez concentré sur la construction de votre chef-d’œuvre.

Vous vous souvenez de ce sentiment? C’était bon n’est-ce pas? (Le moment de concentration totale, pas l’appel de la maman impatiente).

Il y a beaucoup de choses à dire sur l’état de béatitude qu’on ressent dans un moment de concentration totale et complète (l’état que le psychologue Mihaly Csikszentmihalyi appelle «flow»)

Et en gardant à l’esprit que, aussi perfectionnés que nos esprits puissent l’être, nous ne pouvons penser qu’à une chose à la fois à un moment précis. Il y a beaucoup à dire sur le fait d’être capable d’oublier nos soucis pendant un certain temps au moins, en se concentrant à 100% sur une activité qui exige chaque petite parcelle de notre conscience.

Il fut un temps où vous étiez passé maître en la matière.

Et vous savez quoi ? Je pense que vous pouvez encore l’être.

Jon Cosins

Texte traduit de l’anglais par T4Trad

Rebondir en temps de crise, 50 bons réflexes au quotidien

rebondir

J’ai investi dans cet ouvrage alors que j’étais en recherche d’emploi. Il m’a apporté un grand bol d’air et d’optimisme ; désormais indépendant et entrepreneur, je m’y replonge régulièrement quand je sens que je stagne ou que j’ai besoin d’un regard frais sur une situation.
Je le recommande vivement a toute personne qui traverse une crise (économique) mais aussi pourquoi pas une mini-crise (recherche d’emploi, remise en question professionnelle).

L’ouvrage se compose de 50 petits chapitres ou conseils, il ne s’agit pas de grandes révélations, mais plutôt de pistes à examiner et à creuser personnellement.
Chaque chapitre comporte de nombreuses références bibliographiques et se termine par une synthèse « Pour action » avec l’essentiel à retenir.

Certains m’ont faire sourire, à l’image du chapitre 6 : ‘Reprenez en main le volant de votre carrière’.
J’en applique d’autres au quotidien, ou du moins m’efforce de le faire ‘Choyez vos clients’ ou ‘Gagnez maintenant les clients de demain’.
D’autres ont été difficiles à mettre en place : ‘N’oubliez jamais de demander’ ou encore ‘Prenez des risques’.

A la lecture de cet ouvrage je suis ressorti encore plus convaincu qu’il est intéressant voire intelligent de rebondir ou se lancer en période de crise, au moment où les idées originales et novatrices feront la différence. Les résultats seront d’autant plus ‘payants’ le jour où le contexte sera plus positif.

bommelaerL’auteur, Hevré Bommelaer est consultant en outplacement et pilotage de carrière. Je vous recommande aussi son autre ouvrage, Trouver le bon job grâce au réseau.

 

 

Le livre est en vente partout et sur Amazon (environ 15€) ici Rebondir en temps de crise
(lien affilié)

Bonne lecture et faites moi part des bons réflexes qui ont marché pour vous !

>> voir plus d’articles sur des livres de yoga ou développement personnel

Chronique d’une candidose – Traitement naturel du Candida Albicans

« Intolérance sévère au gluten et présence d’un Candida Albicans très développé » Le résultat de mes dernières analyses tombe.

Tout a commencé pendant l’été 2013 avec la venue de crises d’asthme allergique quelques heures après le repas, pour lesquelles j’ai rapidement suspecté un lien avec l’alimentation. Quelques essais concluants en retirant le gluten de mon alimentation pendant un mois mais pas encore le top.
De nombreuses lectures et discussions plus tard, j’atterris sur les conseils d’amis dans le cabinet d’un Ostéopathe, qui écoute mes symptômes, puis m’ausculte.
Il conclut à une hyper perméabilité intestinale, suspecte des allergies alimentaires d’être à l’origine de mes problèmes et m’oriente vers une nutritionniste-homéopathe pour des analyses poussées.

Pourquoi un Nème article sur le Candida ? Simplement parce que ceux que j’ai lu ne répondaient pas à toutes mes questions, ou étaient trop intégristes, ne traitaient souvent que de l’alimentation, de la complémentation, sans évoquer l’hygiène de vie, l’activité physique, la lutte contre le stress, ou encore ne se concentraient que sur le traitement médicamenteux de la maladie. Cet article se veut un support vivant pour vous aider à venir à bout du Candida, il ne représente pas la vérité absolue, et je vous invite à me remonter les erreurs ou à vous manifester si vous n’êtes pas d’accord.
S’il peut aider au moins aider une ou 2 personnes,  j’en serai ravi !

Mise en garde : je ne suis ni médecin, ni nutritionniste, aussi les conseils ci-dessous ne sont qu’un témoignage de ce que j’ai testé et ce qui marche (ou pas) pour moi.

Comment diagnostiquer un Candida ?

Le candida Albicans se manifeste généralement par une ribambelle de symptômes tels que difficultés de digestion, ballonnement, douleurs au ventre, transit ralenti, rhinites et rhumes à répétition, maladies de la peau, mauvais sommeil, sensation d’être groggy au levé, déprime, manque d’entrain, manque de confiance en soi, maux de tête, difficulté à perdre du poids, etc ..

Je vous invite vivement à faire une test de dépistage. J’ai dans mon cas fait faire le test auprès d’un laboratoire belge. Celui-ci est sujet à controverses (le magazine QueChoisir l’a notamment malmené dans un articles sur la mode des allergies alimentaires), je vous laisse vous forger votre avis. Si vous choisissez le laboratoire en question, les frais de tests montent vite (jusqu’à 350€) , si en plus vous faites les tests d’allergies.
Je peux vous donner les coordonnées du Labo en mp.

Le traitement

candida

Mon arsenal anti-candida !

Alimentation

Je n’ai pas eu de régime restrictif de la part de la nutritionniste, partant du principe que j’allais déjà devoir abandonner le gluten.
Mes recherches m’ont toutefois amené à découvrir qu’un des principaux aliments du candida Albicans était : le sucre
Par uniquement le sucre blanc raffiné mais bien sous toutes ses formes : miel, sucre blanc, sucre de canne, caramel, ainsi que l’alcool. De même que le lactose contenu dans le lait de vache (le lait chèvre et de brebis, bio de préférence étant plus indiqués).
Je commence donc à supprimer le sucre ajouté de mon alimentation.

Le fructose des fruits est aussi concerné. J’ai décidé dans un premier temps de conserver les fruits les moins sucrés.
Désormais privé de pâtisseries et autres biscuits, j’ai aussi choisi de conserver le chocolat mais avec un taux de cacao le plus élevé possible.
Exit la bière, j’ai décidé de conserver le vin (non liquoreux) en petite quantité. Côté boisson, ce sera de l’eau principalement, les autres boissons pourront être ré-introduites en fin de traitement.

Vous trouverez ici et là des recettes sympathiques

Pour ce qui est des aliments Candida-killers à privilégier, je n’en ai gardé que 3, qui sont ceux que j’arrive à intégrer facilement à mon alimentation, sont peu chers et qu’on peut trouver partout en bio.

Ail
ailContenant une bonne proportion de soufre, l’ail est un anti fongique naturel. Il est ici conseillé d’en consommer au moins une gousse par jour ou de l’ajouter aux plats.
Je reviendrai plus tard sur les autres formes et la façon de l’accommoder et limiter les désagréments 😉

 

Gingembre

gingerLe gingembre contient des anti inflammatoires et antifongiques naturels, et vient en support de l’organisme dans la phase de detoxification.

 

 

Citron
citronLe citron contient des huiles essentielles antifongiques et supporte le foie dans la phase d’élimination du candida.

 

 

 

Sources et références
www.mindbodygreen.org

Compléments alimentaires et Probiotiques

Il m’a été prescrit les 2 produits ci-dessous de la marque Pileje, disponibles en pharmacie ou ici Pileje Lactibiane Référence 30 Gélules(lien sponsorisé)

Lactibiane (B.Longum, LB.Helveticus, Lc.Lactis, S.Thermophilus)
Lactibiane Cnd 10 (LB Helveticus Candisis)
Compter entre 13 et 18€ la boite.

– Extrait de pépin de pamplemousse bio

Pamplemousse Pépins et péricarpes, de la marque Super Diet, en vente en magasin Bio ou ici SuperDiet Extrait de Pépins de Pamplemousse 400mg (lien sponsorisé)
Pot de 50ml, 10 à 30 gouttes 2x par jour

– Propolis (bio)

Propolis de la marque Propos Nature, en vente en magasion bio ou ici Propos Nature – Gélules À  La Propolis Bio – Contenance : 60 Gélules(lien sponsorisé)
Environ 14€ le pot

– Shiitake (bio)

Le produit recommandé par la nutritionniste est le Shiitake SuperDiet en boite de 20 ampoules. Je l’ai trouvé en magasin Bio type Label Vie ou BBG (Lille)
Vous pouvez aussi le commander ici : SuperDiet Shiitake Plus le booster des défenses 20 ampoules de 15ml(lien sponsorisé)
Compter environ 22€ la boite pour 20 jours.

D’autres compléments alimentaires sont envisageables et vous en trouverez la liste sur le brillant site www.candidat-albicans.fr (site non médical mais riche en informations)

Traitement ayurvédique
Si vous vous intéressez à l’ayurveda, rapprochez-vous d’un praticien qualifié ou dans un premier temps consultez cet excellent article. L’ouvrage de David Frawley donne aussi de précieuses indications sur cette maladie de l’intestin grêle et des remèdes à la malabsorption.
Dans l’ouvrage La santé par l’Ayurveda, Le docteur Frawley explique que « l’intestin grêle est le siège d’Agni, le feu digestif, son traitement principal consiste à augmenter agni à l’aide de stimulants digestifs épicés, comme ceux préconisés pour le système digestif. La feu digestif a une double action consistant, premièrement, à extraire l’essence des aliments et, deuxièmement, à détruire les bactéries ou éléments pathogènes dans ces mêmes aliments ».
« Lorsque l’intestin grêle (grahani) ne remplit pas pleinement ses fonctions, les aliments ne sont pas assimilés ou absorbés convenablement. Cela entraine une indigestion chronique et une mauvaise élimination ».

L’auteur évoque plusieurs aliments et épices citées plus haut, ainsi que l’aloé Vera, qui est désormais reconnu pour ses pouvoirs cicatrisants.
Je reviendrai prochainement sur le traitement de la candidose suivant chaque ‘Dosha’.
Vous pourrez trouver l’ouvrage La Santé par L’ayurveda de David Frawley dans les grandes librairies ou ici La santé par l’Ayurvéda : Guide pratique des thérapies ayurvédiques (lien affilié).
J’ai testé la prise de Triphala, pour le transit. C’est un remède naturel traditionnel tri doshique. Efficace et non-agressif. Cela avait tendance par moment à provoquer des crises d’asthme donc attention si vous y êtes sujet.

Triphala Pukkha , en vente dans les magasins bio (BBG Lille) ou ici (env 24€) :

Hygiène de vie

Le sommeil
La perméabilité intestinale ralentit voire annule la synthèse de certains nutriments, acide aminés mais aussi neurotransmetteurs tels que la sérotonine qui influe l’humeur et le cycle circadien, notamment l’équilibre veille-sommeil. « La sérotonine présente dans la muqueuse gastro-intestinale représente environ 80 % de la sérotonine totale de l’organisme » (Wikipedia).
Autant dire qu’en cas de Candida Albicans, le sommeil est impacté et le sommeil perturbé. Ce qui n’arrange rien à la sensation de fatigue au lever.
J’ai testé plusieurs compléments pour le sommeil et seuls quelques uns ont donné des résultats, en complément de techniques de relaxation, yoga, nidra ou cohérence cardiaque.
Parmi eux je citerais :
– les infusions de verveine et passiflore bio (du jardin de maman 😉
– les infusions Bonne Nuit de Yogi tea (lien affilié) : Yogi Tea Bonne Nuit17 Sachets
– les compléments Mességué Détente et sommeil et Cycle du sommeil
Pour tenir le coup dans la journée je m’octroie une sieste quotidienne de 25 minutes après le repas.
J’ai aussi ressorti ma lampe de luminothérapie, que j’utilise 30 min le matin, voire en début d’après-midi si je sens un coup de mou, notamment quand les jours raccourcissent.
J’ai passé du temps à comparer les modèles, pour arriver à la conclusion qu’il suffisait d’un modèle simple, aux normes CE et proposant une luminosité suffisante (au moins 10 000 lux).
Mon choix s’est arrêté sur un modèle basique de la marque Beurer. En vente en grandes surfaces ou sur Amazon ici (environ 70€ – lien affilié) Beurer TL 40 Lampe de luminothérapie

N’hésitez pas à dé-culpabiliser et à vous reposer dès que vous le pouvez.

J’étofferai prochainement cet article avec des conseils en hygiène de vie et activité physique.

JOUR J
J’ai mis en place depuis 3 semaines quelques modifications simples de mon alimentation qui donnent déjà quelques résultats (un peu plus d’énergie, arrêt des rhinites et 3kg perdus).
Je commence aujourd’hui mon traitement contre le Candida, et j’en ai à priori pour un an. Je vais tâcher ici de vous tenir au courant régulièrement de l’avancée du traitement.

JOUR+21J
3 semaines déjà de traitement et voici quelques résultats.
Arrêt complet du sucre, quasi complet des fruits, seulement quelques craquages sur le chocolat. Je suis passé au petit déjeuné ‘salé’ à base de protéinés (oeufs, bacon, amandes).
En rupture d’ampoules de Shiitake, je teste le produit sous forme de gélules (marque Diet Horizon, env 15€), en vente en magasins bio ou sur Amazon : Diet horizon – Shitake bio – 60 gélules (lien affilié)

2 semaines difficiles de « contre-coups », le fameux effet Kick-off, où j’ai eu droit à un florilège de symptômes tels que poussée d’eczéma, coups de fatigue, etc. Gros coups de mou après le sport.
Perte de poids toujours (maintenant -6kg par rapport à l’été).
Les rares excès se font par contre ressentir immédiatement.
La période de fête n’est pas idéale pour tenir ce ‘régime’ mais je tiens bon.

J+90 jours / 3 mois
3 mois déjà de traitement et du mieux sur certains points.
J’ai depuis eu quelques conseils intéressants d’une naturopathe, j’ai modifié en conséquence mon traitement, notamment alterné les périodes de prises de compléments et pro biotiques.
Toujours une perte de poids (le passage par l’impédance mètre de la nutritionniste a d’ailleurs relevé une petite perte de 300gr de masse musculaire que j’attribue à ma baisse d’activité physique et spot). Perte de gras visible, meilleur transit, disparition du ventre gonflé et douloureux (première fois que je ferme un jean depuis 10 ans :).
Pour les effets moins fôlichons, gros coup de barre après quelques jours de vacances et repas au restaurant où je suspecte d’avoir re mangé du gluten.

Le principal problème reste le sommeil. Endormissement difficile, sommeil hâché et non réparateur. Le Candida annule en effet la synthèse de certaines enzymes qui produisent les neuro transmetteurs nécessaires au sommeil, tels que la sérotonine et mélatonine.
Mes remèdes naturels habituels (infusions, yoga, relaxation, etc..) ne donnent que peu d’effet.

Sur les conseils de ma nutritionniste je prends des compléments à base de mélatonine (Pileje – Chronobiane M tonine) pour favoriser l’endormissement et de Valériane et d’Eschoscoltzia (Phytostandard – Eschscholtzia et Valériane – 30 comprimés) pour la qualité du sommeil. Nette amélioration pour l’endormissement, mais le sommeil n’est pas encore réparateur.

J+120 / 4 mois
Le sommeil et la forme reviennent !
J’ai définitivement adopté les traitements ‘alternés’ conseillés par mon amie naturopathe.
On m’a prêté 2 livres, pas tout récents, mais intéressants, dont un excellent pour des idées de recettes – il est en anglais sorry – :Beat Candida Through Diet: A Complete Dietary Programme for Suffers of Candidiasis(lien affilié).
Le second est une mine d’informations, et j’en profite pour m’arrêter quelques instants dessus.

Il est en anglais aussi mais facile à lire, et c’est une vraie révélation !!
A plusieurs reprise je me suis dis ‘mais bien sur’ en le lisant. Les symptômes de la candidose qui sont exacerbés par temps humide, OUI ! Je le sentais mais ne l’avais lu nulle part avant. La douleur le matin dans le sternum : lié aussi !
Bref, pour son exhaustivité des traitements, compléments et maux détaillés, je le recommande vivement.
Suite à sa lecture, je vais tester l’Aloé Vera en alternance avec les autres compléments.

Mise à jour : J+1an
Plus d’un an après le début de mon « régime » et des premiers traitements, le constat est mitigé. Un été et plusieurs week ends en famille à la rentrée avec une alimentation très moyennement équilibrée (au regard du candida) ont laissé place au retour des symptômes bien connus. Le Candida continue de se développer et fatigue le foie aussi les derniers mois ont été particulièrement épuisants.
Suite à RDV avec ma naturopathe qui m’a confirmé que la candidose était toujours là (je vais quand même re faire le test sanguin) nous avons décidé de laisser passer les fêtes de fin d’année et de reprendre une alimentation plus stricte et le pack 3 traitements de Biophenix (alternance tous les 10 jours) dans les jours qui viennent.

A bientôt pour vous tenir au courant de la suite !

N’hésitez pas à m’envoyer vos questions ou remarques !

>>> A LIRE : mon interview d’une naturopathe sur la candidose et son traitement

Sources et références :

http://www.thierrysouccar.com
www.candida-albicans.fr
www.thecandidadiet.com/
http://www.santenatureinnovation.com/
http://www.mindbodygreen.com/
www.ayungdari.wordpress.com
http://www.ateliersante.ch/candida.htm
http://www.jydionne.com/survivre-au-manque-de-sommeil/

Apprendre à mieux se connaitre : les types de personnalité et le MBTI

Que vient faire cet ouvrage sur un site de yoga ? Eh bien il vient participer à une des définitions du yoga qui pourrait être : une méthode pour apprendre à mieux se connaître !

On ne voit souvent du yoga que le côté postural, les enchaînements de poses qui développent la souplesse, la force, l’équilibre, le métabolisme. C’est déjà pas mal de pratiquer cela, mais on ne touche dans ce cas qu’à 1/8 ème de la discipline !

De façon traditionnelle (1), la discipline du yoga comporte les 8 niveaux ou « échelons » suivants :
Les 5 disciplines relationnelles (les Yama)
Les 5 disciplines personnelles (les Niyama).
Les postures (Asana)
La respiration (Pranayama)
La maitrise des sens (Prathyara)
La concentration (Dharana)
La méditation (Dhyana)
La réalisation (Samadhi)

Comment atteindre l’équilibre, la sérénité, la « santé profonde » dans la vie de tous les jours ?

Précisément en utilisant diverses techniques qui nous permettent de comprendre, d’améliorer notre manière de vivre en société en comprenant mieux comment fonctionnent les autres (Yama), de trouver une équilibre personnel, ses propres rythmes de vies, une bonne connaissance de soi (Niyama).
A partir de là s’installe un bon socle pour pratiquer les autres niveaux du yoga.*

Et là le MBTI a toute sa place ; par une technique de questionnement génialement inspirée de Jung, élaborée par Myer et Briggs, il permet de faire ressortir 16 types de personnalités au travers de plusieurs composantes.

Les composantes, aussi appelées ‘préférences’ sont classées en 4 dimensions :
– D’où tirez-vous votre énergie ? Introversion ou Extraversion
– Comment recueillez-vous les informations ? Sensation ou iNtuition
– Comment prenez-vous des décisions ? Grâce à la pensée (T) ou aux sentiments (F)
– Quel mode d’action préférez-vous ? Jugement ou Perception

D’autres chercheurs ont sorti de toutes ces combinaisons 4 tempéraments. Je fais partie des « artisans » (ça me va bien).

mbti1Le livre que je conseille pour approcher la technique est « Les types de personnalités : les comprendre et les appliquer avec le MBTI » de Pierre Cauvin et geneviève Cailloux (éditions ESF).
Cette version est souvent épuisée et a été remplacée par la suivante, disponible dans toutes les bonnes crèmeries et sur Amazon ici : Les types de personnalité : Les comprendre et les utiliser avec le CCTI et le MBTI (lien affilié)

 

 

 

L’ouvrage pose les bases de la méthode, décrit ensuite dans le détail chaque dimension et ses composantes , ainsi qu’une grille de lecture détaillée, et des compléments d’informations telles qu’une liste de métiers « préférés ».

L’approche est positive, c’est ce que j’aime, pas trop moralisatrice. La méthode a aussi l’avantage de ne pas « enfermer » les personnes dans des cases, et explique que notre ‘profil’ évolue au cours de la vie, donne des pistes d’améliorations, des informations sur les environnements de travail préférés, les difficultés potentielles.

Lorsque j’ai passé le test via un cabinet d’outplacement il y a quelques années, mon profil était ISFP.
Voici une petite illustration de mon profil au travers d’une sélection de caractéristiques (je n’ai gardé que les meilleures forcément 🙂 que mon entourage ou mes relations professionnelles reconnaîtront peut-être:

Les ISFP vivent dans le présent, accordent beaucoup d’importance à la liberté de suivre leur voie, ils ont des valeurs essentielles, ils contribuent au bien-être et au bonheur des autres. Ils apprennent plus par l’action que par la lecture ou l’écoute, ils sont observateurs, réalistes, adaptables et souples.
Si leur équilibre est compromis ils arrêteront de s’adapter.
Ils montrent plus par l’action que par la parole.
Ils sont calmes et discrets et les personnes qui ne les connaissent pas bien peuvent ne pas remarquer leur chaleur, enthousiasme et humour.
Les ISFP aiment passer du temps avec les autres, dans un climat paisible.
L’art et la nature sont importants pour eux et des activités à la fois physiques et esthétiques exercent sur eux un certain attrait.

J’ai découvert cette technique il y’a 10 ans lors d’un bilan de compétence et ça a été une révélation. J’espère qu’il en sera de même pour vous.

En conclusion : Un incontournable pour les période de questionnement, de réorientation de vie ou avant un changement professionnel.

Guillaume

* Rien n’empêche bien sûr de commencer dans le désordre tant qu’on n’oublie pas de revenir aux autres échelons régulièrement.
(1) lire les Yoga Sutras de Patanjali

>> voir plus d’articles sur des livres de yoga ou développement personnel