L’état de concentration totale peut être une belle chose !

Déjà convaincu par la théorie du « Flow« , je suis tombé sur cet article du blog Moodnudges qui m’a parlé à un point que j’ai trouvé bon de le faire traduire (merci Céline, de l’agence T4trad), pour le rendre accessible à tous.

L’état de concentration totale peut être une belle chose
Article original: moodnudges.com/utter-focus/

mood-nudges

Vous avez 7 ans. Vous êtes allongé sur le sol, le visage collé au tapis, entouré par des centaines de pièces colorées de Lego. Et juste en face de vous, sur sa base alvéolée verte, la structure la plus incroyable – construite entièrement par vous.

Petit à petit, pièce par pièce, vous avez créé ce mini chef-d’œuvre, et vous êtes totalement, complètement absorbé par lui.
Tant et si bien que lorsqu’on vous appelle pour venir à table, vous ne l’entendez pas, tout simplement. Vous fermez la porte à tout ce qui vous entoure. Vous êtes vraiment « à l’intérieur » de votre château, maison ou fusée.

Puis, comme si vous émergiez du brouillard, vous prenez lentement conscience que votre mère vous appelle. Elle semble impatiente parce que, sans vous en rendre compte, elle a vous a déjà appelé trois fois. Mais vous ne l’avez tout simplement pas entendu, tellement vous étiez concentré sur la construction de votre chef-d’œuvre.

Vous vous souvenez de ce sentiment? C’était bon n’est-ce pas? (Le moment de concentration totale, pas l’appel de la maman impatiente).

Il y a beaucoup de choses à dire sur l’état de béatitude qu’on ressent dans un moment de concentration totale et complète (l’état que le psychologue Mihaly Csikszentmihalyi appelle «flow»)

Et en gardant à l’esprit que, aussi perfectionnés que nos esprits puissent l’être, nous ne pouvons penser qu’à une chose à la fois à un moment précis. Il y a beaucoup à dire sur le fait d’être capable d’oublier nos soucis pendant un certain temps au moins, en se concentrant à 100% sur une activité qui exige chaque petite parcelle de notre conscience.

Il fut un temps où vous étiez passé maître en la matière.

Et vous savez quoi ? Je pense que vous pouvez encore l’être.

Jon Cosins

Texte traduit de l’anglais par T4Trad

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *