Vers une pratique autonome

Salut à tous,

Avec le confinement actuel, c’est le moment idéal pour mettre en place une pratique autonome et régulière de yoga. Cette page y est consacrée, elle est destinée aux personnes qui pratiquent déjà avec moi, et qui sont familières de la pédagogie Viniyoga.
Tout d’abord, ceux qui me connaissent vont sourire, petit rappel :

Qu’est ce que le yoga ?
Le yoga est un ensemble de techniques visant à calmer les perturbations du mental, en vue de mieux se connaitre. Ca tombe bien vue la période non ? 🙂
Pour ça il n y a pas de pré requis, venez comme vous êtes.

Et comment ça marche ?
Il y’a 8 techniques qu’on appelle les 8 membres du yoga :
1) Les disciplines interpersonnelles : non violence, vérité, honnêteté, contrôle des sens, non possessivité.
2) Les disciplines personnelles : pureté, contentement, pratique disciplinée, étude de soi, abandon à ce qui nous dépasse.
3) Les postures : utiliser le corps comme support d’attention, au passage il va se renforcer, s’assouplir et on va mieux le connaitre
4) Les techniques de maîtrise et d’allongement du souffle.
5) Le retrait / la maîtrise des sens, pour ramener l’attention vers l’intérieur
6) La concentration : centrer et maintenir l’attention vers l’intérieur
7) La méditation : maintenir l’attention sur un objet sans être déranger par l’extérieur
8) Un état dans lequel on est toujours en Yoga

Je fais ce rappel car dans la période actuelle, pratiquer un Vrai yoga est indispensable.

Je publierai ici régulièrement des textes, articles, liens mais aussi quelques séances posturales à pratiquer chez vous.

Comment se mettre à une pratique autonome de yoga postural ?
Quelques conseils :
– Faites court : vraiment au début, 5/6 minutes.
– Faites simple
– Pratiquez ce que vous connaissez
– Pratiquez régulièrement
– Trouvez-vous un moment, un lieu où vous ne serez pas dérangé(e) (par le tél, le chat, le conjoint, les enfants…)
A vous de jouer !

En pratique : (nota : les dessins ne sont pas toujours très qualitatifs, il s’agit souvent de séances rédigées rapidement pour servir de support à des élèves en cours particuliers ou en salle, merci de votre compréhension)

1 séance courte du matin (pdf)
1 séance posturale du matin audio guidée – 12 min (mp3)
1 séance posturale du soir audio guidée – 15 min (mp3)
1 séance de pranayama du soir audio guidée – 8 min (mp3)
1 séance de Yoga Nidra – relaxation profonde – RYE – 15 min
1 séance de yoga enfant 7-11 ans du Rye – Le colibri – 20 min
1 séance posturale allongée « la flemme » – 19 min (mp3)
1 séance debout « contentement » – 20 min (mp3)

Pour toute remarque, questions, merci de privilégier la messagerie de ma page Facebook pour plus de réactivité; je tâcherai de vous répondre
* crédit photo self.com

Ramer dans son salon, le Water Rower A1 home

Un rameur d’appartement sur un site de yoga, kesako ?

essai waterrower a1 home

J’ai réalise récemment que je pratiquais de plus en plus de disciplines « Yin » à savoir douces, intériorisantes et calmes. Il me manquait depuis une activité un peu plus « Yang », sportive, énergisante, en lieu et place de mes sorties vélo et sports nautique, qui plus est lorsque vient l’hiver et qu’il est plus difficile de pratiquer des activités extérieures.

Avec du recul je suis persuadé que les 2 sont nécessaires, et c’est une question qui revient souvent dans mes cours de yoga : la pratique seule de postures de yoga suffit-elle à un bon état de forme général ? Je ne le pense pas, je conseillerais de compléter avec un sport de votre choix et collant à votre nature.

Une fois fait ce constat restait à trouver le bon sport
Les salles de sport : déjà testé et très peu pour moi, trop de monde, de bruit, des écrans..
Les machines de musculation ? Il m’est arrivé de me blesser dessus.

Et puis j’ai repensé à ce beau rameur en bois (aussi appelé ergomètre) aperçu un jour dans une publicité. Je connaissais l’équivalent à air de la gamme Concept, utilisé pendant 10 ans lorsque je faisais de l’aviron en compétition.

Les avantages du rameur :
– 84% des muscles travaillent
– Avec le ski de fond, un des sports qui grille le plus de calories à l’heure
– Non traumatisant, c’est un sport porté
– non tributaire de la météo
– A domicile, pas de contrainte de déplacement ni horaire

Les inconvénients :
– Investissement onéreux (mais je vous expliquerai pourquoi dans mon cas c’est rentable)
– sport intérieur (sauf si vous avez une cour ou une terrasse)

J’ai longtemps hésité à investir dans un ergomètre Concept 2 mais, pour avoir une bonne connaissance du modèle, je les trouve bruyants et encombrants.
Concept et WaterRower sont les deux seules marques qui proposent des rameurs de qualité professionnelle.

Vous trouverez ici et quelques comparatifs de ces 2 modèles. Pour vous faire un avis, tapez « waterrower vs concept 2 » sur votre moteur de recherche, malheureusement les résultats sont principalement en anglais, peu de vrais tests comparatifs en français.
L’avis d’une ex-rameuse américaine, a fini d’arrêter mon choix sur la marque WaterRower dans la mesure où je voulais un modèle silencieux, ne cherchais pas un modèle pour faire des sessions intensives, ni besoin d’un écran et d’une connectivité très poussés.

waterrower a1 home test

Une fois le choix fait sur le papier, restait à tester la bête et à choisir un modèle.
J’ai pu tester dans un premier temps les modèles de milieu de gamme, très confortables et silencieux, mais au budget plus conséquent. A ma demande, la boutique m’a emmené tester le modèle d’entrée de gamme au showroom WaterRower situé en région lilloise.

Verdict : quel plaisir !
– le bruit de l’eau est hyper agréable !
– la prise en main est confortable
– l’espacement des pieds du modèle A1 est moins fidèle à celui de l’aviron, mais plus naturel, surtout pour une reprise avec un peu moins de souplesse dans membres inférieurs et hanches.
– la conception est très robuste et rassurante, le bois massif (frêne) hyper beau
– le moniteur affiche les informations de base et nécessaires : coup par minute, distance, temps au 500. Les rameurs ne seront pas déçus.
– enfin, ce modèle se range à la verticale après utilisation, au sol, il prend la place d’une chaise.

montage waterrower a1 home

Livraison / Transport
Une fois commandé, le modèle A1 vous est livré (ou emport à l’entrepôt) dans 2 gros cartons de 71*61*53 cm (poids 19kg) et 140*25*33cm (15kg). Tout cela rentre dans une voiture citadine.
J’ai fait le montage avec mon fils de 12 ans, cela a pris environ 50 min. Plutôt que de suivre la notice, je conseille d’aller voir cette vidéo sur youtube, beaucoup plus explicite.
Bien respecter le remplissage du réservoir limité à 19 litres, il peut être tentant de le remplir davantage mais les pales ne sont pas prévues pour et vous risquez la casse.

Entretien
A l’utilisation et au bout de 2 mois, je n’ai eu besoin que de quelques coups de vis réguliers. D’un point de vue entretien, la marque conseille de mettre une pastille de chlore de temps en temps dans le réservoir, surtout si le rameur ne sert pas régulièrement. Pour toute autre interrogation il existe la page support US.

Budget
Alors oui, c’est un gros investissement, près de 1000€. Dans mon cas, avec une utilisation quasi quotidienne, si je compare avec un abonnement en salle, au bout de 2 ans 1/2, le rameur est rentabilisé. Vous avez aussi la possibilité de le louer, mais j’ai trouvé le loyer mensuel trop élevé, d’autant qu’il y’a des frais de reprise et remise en état.

J’espère que vous avez aimé cet article, je le compléterai prochainement avec des exemples d’entrainement à suivre, selon vos attentes et objectifs.

N’hésitez pas à me contacter pour toute question

Bon entrainement !

Service d’urgences, Yamas et Niyamas

Il y a 2 jours j’ai été admis aux urgences pour un truc spectaculaire mais bénin. Rassurez-vous, tout va bien :-).

Rester allongé plusieurs heures dans le noir, accroché à une perfusion, laisse du temps pour faire le point.

Je me suis amusé à le faire au travers des Yamas et Niyamas* du yoga (règles de vie en société et disciplines personnelles – pour celles et ceux qui veulent en savoir plus, un super article ici).

Le retour des beaux jours et le planning chargé des mois de mai-juin m’ont peut-être amenés à un trop plein d’activité, une envie d’en faire plus, plus de rencontres, plus de don de soi, de voyages, manque de Modération.
Une partie de ces activités valaient le coup, d’autres pour lesquelles j’avais quelques doutes, un peu moins.
Première leçon : prendre régulièrement le temps et les bonnes dispositions pour écouter la petite voix à l’intérieur qui dit : est-ce que ça vaut vraiment le coup ? As-tu vraiment besoin de ça ?
Parfois difficile pour un Vata (constitution « air » en Ayurveda) comme moi de tenir en place quand tout tourne autour, quand les sollicitations se multiplient.
On a beau passer du temps à l’Étude et la Connaissance de soi, force est de constater qu’on répète parfois les mêmes erreurs.
Les textes anciens du yoga en parlent, en précisant que n’importe quel pratiquant du yoga va s’améliorer à force de Pratique régulière et engagée mais n’est pas à l’abri d’une rechute de temps en temps : rassurant, même à notre petit niveau !
« Les retours en arrière et régressions sont courants, même et surtout chez les yogis les plus avancés » (Yoga sutras )
J’ai donc décidé d’en faire moins, de m’écouter davantage, de ré-introduire les pauses et les massages. La sieste, les repas au calme et le contact avec la nature faisant déjà partie de mes bonnes habitudes.
Ce tourbillon d’activités a sûrement conduit à un petit relâchement quand à la Non-violence et au Respect du corps et à son équilibre. Le corps qui montre par moment ses limites, une bonne leçon pour garder en tête à la fois l’attention à lui porter, et le Détachement à entretenir sainement vis à vis de ce bel outil.
Détachement aussi vis à vis de toutes les futilités de la vie, dans l’épreuve les priorités de vie sont plus évidentes. Reste à trouver comment les garder à l’esprit sans avoir à passer par là.
L’Écoute de soi a aussi été mise à rude épreuve ces derniers temps : combien de sollicitations acceptées pour rendre service, pour faire plaisir, alors qu’on a pas l’énergie nécessaire? Je m’étais bien amélioré sur ce point pendant un moment, il y a eu du relâchement.
De même, reprendre les bonne habitudes d’Honnêteté vis à vis de soi-même, être plus vrai et savoir dire « Non ». Certains se reconnaissent ?
Belle expérience de lâcher-prise aussi de remettre temporairement sa santé entre les mains d’autres personnes, ou à Quelque chose qui nous dépasse, et faire confiance !
Enfin je terminerai sur une note de Contentement : nous avons la chance de vivre dans un pays où une ambulance dernier cri vient vous chercher chez vous pour vous amener dans un hôpital en super état au milieu de la nuit, vous êtes pris en charge par des personnes Bienveillantes et compétentes, les soins sont gratuits !

Cette anecdote vous parle ? N’hésitez pas à partager en commentaire vos prises de conscience, réussites et axes de progrès.

Prenez soin de vous 🙂

Guillaume
* les Yamas et Niyamas sont en italique dans le texte

Le yoga au bout des doigts : un bon livre pour découvrir les mudras

J’ai eu l’occasion de découvrir les mudras lors de mes formations de yoga, au travers de grands ‘mudras’ du corps (tadaka, viparita karani, mâha mudra), un peu moins via la position des doigts, ce que j’ai eu le temps d’approfondir récemment.

Claude Maréchal définit le mudra de la façon suivante : « Dans le langage technique du yoga, le terme mudrâ est utilisé à chaque fois qu’il est question de saisir, d’orienter puis de sceller l’énergie, c’est à dire l’enfermer à l’intérieur du corps, tout en lui permettant de circuler librement, et enfin de la concentrer »(1).
Cela désigne aussi « des attitudes corporelles, des gestes parfois particuliers où très souvent certaines parties du corps sont mises en contact entre elles. Touts ces manoeuvres ont pour but de prolonger le travail de concentration de l’énergie (prânâ) vers l’intérieur ».

Je m’intéresserai dans cet article aux mudras des doigts. Ayant eu la chance de me faire offrir 2 ouvrages sur le sujet.

mudras

Le premier est Les mudras, Le Yoga au bout des doigts de Gertuid Hirsch
En vente un peu partout et ici : LES MUDRAS. Le yoga au bout des doigts
(lien affilié).
J’aime beaucoup ce livre car l’auteur le présente d’entrée comme un outil pratique pour soi et ses proches. Gertruide Hirsch aborde le sujet avec beaucoup de simplicité, d’humour et de positif, parfois une pointe d’ésotérisme, mais prenez ce qui vous convient.

Les 65 premières pages sont une introduction sur ce que sont les mudras, comment et à quel moment les pratiquer, avec quelle respiration.

L’auteur précise que même si les mudras peuvent être pratiqués partout, il est important, pour en sentir les effets, d’être dans certaines dispositions de ‘calme intérieur’. Je cite « ainsi pouvons-nous, dans un embouteillage, une queue ou un train, d’abord installer le calme en nous, avant de pratiquer les mudras proprement dits »

Un petit test à faire avant d’aller plus loin, en page 24, convaincra les plus septiques.

IMG_8691 Focus sur les pages 48 à 55 qui expliquent la correspondance des doigts dans différents système de médecine comme l’ayurveda, les chakras, l’acupressure, les zones réflexes et les méridiens chinois.

 

 

 

Les pages 65 à 185 détaillent 52 mudras, avec pour chacun d’eux une définition, la prise de posture précise, des indications thérapeutiques, des conseils et parfois une phrase positive ou un texte en accompagnement du geste.

IMG_8693

L’ouvrage propose aussi plusieurs asanas et vinyasas inspirés du Hatha Yoga
IMG_8692

Enfin il se termine de manière aussi positive et ouverte car l’auteur incite à créer et expérimenter vos propres mudras et pose aussi la question « quand un mudra est sans effet ».

En complément de ce livre j’ai aussi reçu un jeu de cartes des Mudras.


Ce jeu est très sympa, les cartes sont cartonnées, colorées, et accompagnées d’un mini guide. A emporter dans les cours de yoga !
Le format plait visiblement aux enfants, en effet j’ai surpris ma nièce de 9 ans mimer les positions des mains les une après les autres.
En vente un peu partout et ici (environ 25€) : Les cartes des Mudras
(lien affilié)

En conclusion
2 supports intéressants (vous en trouverez plein d’autres sur internet ou en librairie) pour expérimenter une nouvelle forme de yoga, que vous pouvez pratiquer n’importe où, que vous soyez dans votre voiture ou encore alité(e). C’est ce que j’apprécie le plus dans les mudras, ils ne demande pas de place, de tenue particulière, de capacités physiques spéciales, ils sont abordables à tous, comme le yoga tel que je l’envisage.

Si vous connaissez ou découvrez les mudras, votre retour d’expérience m’intéresse !

Bon amusement

Guillaume

Cet article vous a plus ? découvre d’autre lectures et articles

Sources :
(1) Asana, mudrâ, bandha – formation ETY Viniyoga
Crédits photo :
Guillaume Ducrot Yoga ©
Amazon

Yoga et dépression : un exemple de séance

Yoga_depression

On peut se poser la question : est-il conseillé de faire du yoga quand on souffre de dépression?

La réponse est OUI ! Plus que jamais !

La dépression est une maladie qui nous atteint à plusieurs niveaux de notre être.
Le moral, les pensées, le comportement, la santé vont être impactés.
Ces changements vont modifier le fonctionnement de notre système nerveux autonome, cela va se faire ressentir au niveau digestif, respiratoire, cardiaque, hormonal.

Gary Kraftsow nous explique que « La dépression crée un dérèglement du système sympathique/parasympathique, qui influe la manière dont nous nous sentons, sur ce que nous pensons, et comment nous nous comportons« .

Je connais Gary au travers de ses livres, articles, conférences. Formé au Viniyoga c’est un des pontes du yoga thérapeutique aux USA. J’ai eu la chance de discuter avec certains de ses élèves et enseignants lors d’un voyage à New-York.

Gary propose ici un exemple de pratique de yoga (Les indications sont en anglais, sorry)

Tout comme l’auteur, je conseille de mettre en place une petite routine quotidienne de quelques minutes. Plus que jamais il faut faire SIMPLE mais être REGULIER.

Gardez en tête qu’en yoga il n’existe pas de solution-toute-faite-qui-marche-pour-tout-le monde.
La séance évoquée ici est un exemple de pratique, vous ne risquez pas grand chose mais il se peut que cela ne vous convienne pas, rien ne remplace les conseils d’un professeurs formé.
Je conseillerai toujours de vous mettre au yoga en prenant des cours pendant un certain temps avant de pratiquer de manière autonome. Si, en raison de la dépression, vous ne vous sentez pas le courage d’affronter un cours collectif en salle, privilégiez alors des cours particuliers.

Enfin je terminerai sur une note positive, pour avoir accompagné récemment plusieurs personnes en dépression ou en situation de burn-out, après coup c’est une expérience merveilleuse, et parfois le passage obligé pour un avenir plus en phase avec soi-même.

Bonne pratique et à votre disposition pour tout échange !

Guillaume

Vous avez aimé cet article ? Retrouvez-en d’autres de ce type par ici

Crédit photo : Yoga international
Sources :
Yogainternational.com
http://www.viniyoga.com/
la-voie-de-l-ayurveda.com/

Le sol est votre ami !

shavasana
Je parle souvent dans mes cours de yoga de l’intérêt d’utiliser régulièrement le sol pour s’asseoir ou s’allonger et je suis récemment tombé sur cet excellent article : Why the ground is your friend (en anglais).
Comme l’auteur de l’article je vois plusieurs avantages à utiliser le sol au quotidien, en voici quelques uns :

1° Prise de conscience du corps
Lorsque vous vous allongez sur le sol, vous ressentez les tensions, les asymétries, l’effet miroir de cette surface plane et dure donne des informations sur ce qui fonctionne ou ne va pas dans le corps. Cet « échange » entre le corps et le sol provoque une prise de conscience qui vide la tête et amène du lâcher prise.

2° Amélioration de votre posture (et donc de votre respiration et votre digestion)
japan
photo : littlejoanie.com

Une bonne position – assise au sol par exemple – réduit les tensions et les blessures, elle assure aussi au corps un métabolisme et un fonctionnement optimaux. Vous observerez avec un peu d’habitude qu’on respire mieux bien assis au sol, le dos bien droit.
Autre avantage, redressé et conscient de sa posture, on est aussi plus conscient de ce qu’on mange et cela aurait un effet sur le sensation de satiété et la digestion. A tester lors de votre prochaine Sushi party !

3° Assouplissement et renforcement du corps
Les positions assises au sol renforcent la région lombaire, évitent les tensions dans le dos, renforcent les muscles profonds, améliorent la souplesse des genoux, chevilles et hanches. Dans ces postures au sol, les hanches s’ouvrent, les muscles fessiers retrouvent leur fonction.
Cela gomme en partie les effets néfastes de la positions assise sur une chaise ou en voiture.
Pas évident au début mais avec un peu de pratique régulière, les résultats sont frappants.

4° Eviter les chutes (en vieillissant)
chineseLes civilisations qui ont gardé l’habitude de vivre au sol sont beaucoup moins sujettes aux chutes, qui ont des conséquences désastreuses avec l’âge.
Essayez de vous réhabituer à vous accroupir ou vous asseoir au sol, puis vous relever, vous gagnerez en assurance et diminuerez les craintes de perdre l’équilibre.

 

 

 

 

 


5° Allonge votre espérance de vie
🙂
Une étude récente avance l’hypothèse que les personnes capables de passer de la position assise en tailleur (padmasana) à la position debout sans aide extérieure ont une espérance de vie plus longue. Faites (prudemment) le test !

Vous avez aimé cet article ? Retrouvez-en d’autres de ce type par ici

Sources :
www.huffingtonpost.com
www.centurycitypt.com
www.marksdailyapple.com/
www.mnn.com/health/
www.curejoy.com
www.thealternativedaily.com
European Journal of Preventive Cardiology

Crédit photo : Yoga Studio

J’ai testé pour vous : la respiration consciente / rebirth

J’ai récemment testé la technique du rebirth, dont j’avais entendu parler depuis longtemps. La séance a eu lieu à Lille, guidée de main de maître par la pétillante Mathilde, coach de vie.
Mathilde commence le rendez-vous par un entretien et échange autour d’une problématique de mon choix. Une première heure où on fait donc plutôt travailler l’intellect, l’objectif est d’affiner et de mettre des mots sur le sujet choisi, par un jeu de questions/réponses bienveillantes.
La seconde partie de la séance fait davantage participer le corps et le souffle ; allongé confortablement, avec un rythme respiratoire particulier (proche d’un pranayama viloma en yoga), les idées et concepts évoqués lors de l’entretien prennent une dimension physique. Intéressant quand on trop tendance à intellectualiser, et qu’on ne trouve pas de solutions.
L’expérience est très intéressante et probante. Je pense que j’aurais pu creuser davantage le sujet choisi en me « lâchant » un peu plus .. peut-être pour une prochaine séance !

Mathilde, peux tu nous expliquer en quoi consiste la respiration consciente/rebirth et qui l’a lancée ?

La technique du Rebirth, aussi appelée « Respiration Consciente », a été lancée par Leonard Orr dans les années 60 aux Etats-Unis.
Une bonne tasse de thé à la main, une séance se déroule comme ceci :
– 1 heure d’entretien, pour identifier et lever les blocages inconscients qui nous empêchent d’avancer, d’être pleinement heureux, zen… On peut partir d’une situation contrariante vécue ou de l’envie de changer quelque chose dans sa vie (par exemple : un de mes collègues m’énerve beaucoup, j’ai envie d’être moins affecté par la critique, etc)
– 1 heure de respiration allongée, pour intégrer ces changements de conscience en profondeur, au niveau émotionnel et physique, au-delà du mental (car souvent, nous avons compris les changements mais nous avons du mal à les appliquer).
La séance se finit bien sûr par un temps d’échange sur le vécu de la séance de respiration et un grand sourire aux lèvres 🙂

Dans quels cas cette technique peut s’avérer utile ?

– Lors de contrariétés professionnelles ou personnelles : le Rebirth permet de prendre beaucoup de recul et de se simplifier la vie !
– En cas de souci relationnel : vous apprendrez à vous connaître, vous comprendre et donc à comprendre l’autre
– Si vous aspirez à une « autre vie » et que vous sentez que quelque chose vous bloque
– Pour toute personne qui aspire à être plus sereine et ressentir encore plus de bonheur au quotidien !

Combien de séances sont nécessaires pour observer les effets ?

On sent réellement les effets dès la première séance ! Toute séance permet d’avancer, de se libérer…Si possible, un cycle de 10 séances permet de faire un véritable travail en profondeur, pour changer les habitudes bien ancrées !
Maintenant, il n’y a plus qu’à essayer 🙂

IMG_8843 - lightMathilde Forget
Coach de vie personnelle & professionnelle

Des cours de cirque à la place du sport à l’école !

circus

C’est l’idée lancée et testée depuis 2012 par un délégué à la jeunesse australien qui anime désormais une troupe qui se produit un peu partout.
Initialement pensée pour les aborigènes australiens, Ludo Dumas a commencé à mettre le cirque au programme du collège local, et les effets se ressentent rapidement :
« L’entrainement au cirque requiert de l’entrainement, une répétitions régulière des même tours, et de la concentration. Dans une interview qu’il a donné, il rapporte que les équipes éducatives du collège ont remarqué une augmentation du degré d’attention des élèves.
Auparavant leur capacité d’attention était de 10 minutes. Les élèves sont désormais capable de rester concentrés jusqu’à 2 heures en cours d’anglais et 1h30 en cours de maths.
Le corps enseignant a aussi observé une meilleure estime de soi, respect des autres et une capacité à travailler ensemble. Ces résultats sont attribués aux activités de jonglage et autres acrobaties qui, bien que ludiques, demandent beaucoup d’attention. »

« Des parents ont aussi expliqué s’être tournés vers le cirque pour aider leur enfants dans la gestion d’un large spectre de pathologies : scolioses, troubles de l’attention avec hyperactivité, autisme, problèmes fonctionnels et nerveux, difficultés d’apprentissage, timidité, introversion, troubles de l’humeur et dépression. »

Vous pouvez lire l’article original ici (en anglais) :

Merci à Frodo Santini pour le lien !

Crédit photo : www.npywc.org.au/2014/02/ninja-circus/

Le Modèle Paléo par Mark Sisson

Je souhaitais cette semaine vous parler d’un des livres qui m’a le plus marqué et intéressé ces derniers temps.
Il s’agit de Le modèle Paléo, traduction de l’ouvrage The primal blueprint de Mark Sisson, sorti il y a plusieurs années.
Il m’avait été recommandé récemment mais, pas très convaincu, il m’a fallu être confronté à la nécessité de changements alimentaires pour m’y pencher sérieusement.

L’auteur est un ex-marathonien, qualifié pour les séries olympiques dans les années 80.
Ses recherches sur un mode de vie et une alimentation alternatifs ont commencé quand il est arrivé au constat suivant : lors de ses dernières années de compétition à un niveau mondial, considéré comme un athlète ‘en forme’, il essuyait de plus en plus de pathologies et blessures: ostéoarthrose, tendinites à répétition, infections pulmonaires, etc..

Le « courant Paléo » dont fait partie Mark prône un retour à un mode de vie et une alimentation qui se rapprochent de celui de nos ancêtres du paléolithique à savoir un comportement de chasseur cueilleur, avant l’avènement de l’agriculture et de l’élevage.

L’alimentation

Concernant l’alimentation, le Paléo va à l’encontre des discours d’état type « céréales à tous les repas », « les produits laitiers .. », et des conseils de votre généraliste (pour l’anecdote si ce dernier est de l’ancienne école, il n’a jamais eu un seul cours de nutrition;  je ne l’invente pas, l’un d’entre eux me l’a dit).

Un petit coup d’oeil à la pyramide ‘paléo’ pose tout de suite la tendance:

Paleo-food-pyramid

La base de l’alimentation comprend tout ce qui se chasse, pêche ou cueille, à savoir dans l’ordre: les protéines animales, les graisses saturées, puis les légumes, ensuite les bonnes graisses, végétales et animales (pas toutes), enfin les fruits, tubercules et noix, et pour finir les petits plaisirs (vin rouge, chocolat) et les épices.

Vous remarquerez que le sucre et les céréales ont disparu de la pyramide. Ce modèle peut donc convenir aux personnes intolérantes au gluten ou qui ont dû faire une croix sur le glucose.

Ma naturopathe m’a récemment fait la remarque que mon petit déjeuner ressemblait au modèle paléo. En effet, après avoir abandonné les viennoiseries, pain confiture et céréales, je prends désormais le matin une part de protéines, des légumes ou des fruits, des noix. Et bizarrement, plus de « coup de pompe » une heure après !

Là où je reste un peu sur ma faim concernant le livre (sans jeu de mot) est qu’il ne propose pas beaucoup d’alternatives pour les personnes qui mangent peu ou pas de protéines animales (pour des raisons éthiques, écologiques, financières ou de santé).

Il vous revient dès lors de vous renseigner sur les aliments végétaux qui apportent un bon apport en protéines. De même, si on suit à la lettre les préconisations du livre, les protéines animales sont présentes à tous les repas, ce qui d’après moi a tendance à acidifier l’organisme et, à long terme, n’est pas très écologique.

L’activité physique

Premier point sur lequel je m’y retrouve concernant l’activité physique / sportive, je pense comme l’auteur que l’activité physique à forte dose et haute intensité relève plus de la pathologie que de l’état de ‘forme’.
J’ai réalisé, pour avoir fait quelques années de compétition, que le sportif est la plupart du temps surentraîné et sujet à des séquelles physiques et traumatismes dus aux efforts répétés et prolongés.
De même, le sport de compétition en équipe, même s’il a des aspects positifs (discipline, confiance en soi, lien social, etc) impose un cadre rigide et des horaires d’entraînements fixes, et ce quelque soit votre état de forme ou votre niveau d’énergie.
Enfin j’ai remarqué que le sport à haute dose demande du ‘combustible’, que beaucoup de personnes prennent sous forme de sucres lents, qui génèrent des fluctuations de la glycémie, des fringales, et donnent envie de re-manger, d’où prise de poids alors qu’on s’entraîne, etc. Tout cela je l’ai vécu, et le livre en parle.

La devise de Mark : Bougez, courez, soulevez !
Si c’est en pleine nature et pieds nus, c’est encore mieux !

paleoista-bare-foot

A quoi ressemble une semaine « Paléo » :
– 2 à 5 heures d’activité physique à une allure très modérée (marche, vélo, escalier)
– 2 séances par semaine de 30 min d’exercices physiques simples mais intenses
– Quelques sprints tous les 10 jours.

L’auteur encourage à faire ces exercices dans un état d’esprit ludique, avec beaucoup de spontanéité et créativité !
Pas envie d’y aller aujourd’hui ? Ne faites rien. Vous débordez d’énergie ? Ajoutez-en un peu.
Ce qui me plait : des enchaînements simples, des séances courtes, et surtout : l’écoute de son corps et de ses sensations !
fitlife

Les quelques exercices et enchaînements de base (on parle ici d’EPM : mouvements paléo essentiels tels que pompes, flexions ou tractions)  peuvent se faire n’importe où et sans matériel.

EPM-paleo

Hygiène de vie

Plus qu’un régime, le mode de vie paléo est vraiment global et, chose intéressante, l’auteur insiste aussi sur l’importance d’une vie équilibrée entre alimentation, activité physique, sommeil (comme moi, l’auteur est un partisan convaincu de la micro-sieste de 20-30min), jeu et même exposition raisonnée au soleil.

En conclusion

Je trouve que ce livre est une vraie bouffée d’air frais, dans le sens où il propose une alternative aux discours habituels, certes à la sauce américaine, mais je pense qu’il est bon de piocher quelques trucs ici et là.
Les principaux intérêts que j’y vois sont une prise de conscience de notre manque d’exercice physique, une façon ludique de se remettre à bouger, à acheter ou faire pousser local, à cuisiner et manger plus sainement, en écoutant les réactions de notre organisme.

Les plus :
– Ouvrage accessible à tous
– Un livre qui incite à du ‘mieux’ plutôt qu’à du ‘plus’.
– La démarche est globale

Les moins :
– Certains passages peuvent être un peu techniques pour le grand public (tout le monde n’est pas biologiste moléculaire)
– Manque des propositions pour les personnes qui seraient tentées par le modèle et qui ne mangent pas ou peu de viande/poisson.
– L’accent n’est pas assez mis sur la reprise progressive d’une activité physique et sur l’échauffement préalable aux séances de sprint.

Le livre coûte environ 20€ et se vend un peu partout ainsi que sur Amazon : Le modèle paléo (lien affilié)

Adepte du paléo ou sceptique ? Votre avis m’intéresse !

Crédits photos :
www.paleohacks.com
www.paleoista.com
fitlifeproject.com

 

La préparation aux examens grâce aux techniques de Yoga

bac-yogaLe passage d’un examen (Baccalauréat, concours d’entrée, rattrapage) ressemble à une finale de Roland Garros !
La technique (les connaissances), l’entrainement régulier (les révisions), l’hygiène de vie (alimentation et le sommeil) sont essentiels.
Le dernier point qui fera du jour J une réussite est la gestion du mental et des émotions.
On a beau s’être préparé/entraîné toute l’année, il faut être bon le jour de l’épreuve et ne pas se laisser submerger par le stress de l’enjeu.

Le yoga est une discipline idéale dans ces périodes stressantes d’examen, il permet de tempérer et maîtriser les émotions et la peur, grâce à des techniques simples à réaliser, accessibles à tous et que vous pourrez re faire par vous même, avant et pendant l’épreuve !

« Le yoga est l’arrêt des perturbations du mental »

Je vous propose, au travers de cours particuliers de yoga* en 1 ou plusieurs séances, de découvrir des techniques pour apprendre à :
– Travailler la confiance en soi
– Bien respirer pour calmer les émotions
– Prendre conscience du corps, le redresser et l’ouvrir
– Se focaliser et porter toute l’attention sur l’instant présent
– Faire des petits breaks essentiels pendant les révisions ou entre les examens

Contactez-moi pour toute question, renseignement sur les cours ou les tarifs.

Guillaume Ducrot
Professeur certifié de yoga Viniyoga et formé aux techniques de yoga dans l’éducation auprès du RYE

* Il est possible d’organiser des cours en petits groupes.
Nota : l’âge minimum requis pour les cours est de 18 ans

Crédit photo : www.atlantico.fr